Casa Tramway,un projet structurant

  1. Des quartiers désenclavés pour de nouvelles dynamiques de vie
  2. La mobilité pour tous : sécurité et commodité d’utilisation
  3. Faciliter les déplacements par l’inter-modalité
  4. Embellir le cadre de vie
  5. Un corridor de verdure et de nouveaux habillages urbains

1. Des quartiers désenclavés pour de nouvelles dynamiques de vie



Un des objectifs de la mise en place d’un système cohérant de transports en commun est le désenclavement des quartiers périphériques : en offrant une mobilité pour tous, ces modes de transports deviennent un levier de réduction des inégalités, permettant de limiter l’impact socio-économique dû à l’exclusion géographique.

Le tracé en « Y » de la première ligne du tramway a donc été pensé comme un « corridor stratégique » permettant de relier les quartiers périphériques au centre-ville et d’irriguer ainsi le cœur urbain et ses zones d’affaires, de santé, d’éducation et de commerces, tout en facilitant l’interconnexion avec les autres modes de transport. Le tramway favorise ainsi la mobilité des populations, dont les personnes à mobilité réduite, en créant de nouvelles opportunités de travail et de loisirs ou d’accès aux services de santé et d’éducation.

Cette ligne T1 du tramway de Casablanca part ainsi de la périphérie de la ville, pour traverser de nombreux points névralgiques : les gares de Casa Voyageur (future gare du TGV) et de l’Oasis, le centre-ville, les quartiers d’affaires, les quartiers commerçants, les universités et les zones de loisirs et plages.

2. La mobilité pour tous : sécurité et commodité d’utilisation



Voué à séduire le plus grand nombre, le tramway a pour défi de changer la perception habituelle des transports en commun, en montrant qu’il peut offrir à tous ses utilisateurs, confort et sécurité, à un prix très abordable. Son usage doit ainsi permettre à chacun de profiter pleinement des espaces de la ville en garantissant une qualité et une facilité de déplacement, y compris pour les personnes les plus vulnérables ou souffrant d’un handicap physique.

Ces personnes dites à mobilité réduite (mal voyants, handicapés) ou à celles présentant une grande vulnérabilité (personnes âgées ou enfants) ont été prises en compte dans le projet de première ligne du tramway à travers un certain nombre d’aménagements spécifiques : rampes d’accès pour les fauteuils roulants, planchers bas pour accéder aux rames, équipements de sécurité au sol et avertissements sonores à proximité des stations et à l’intérieur des rames.

Mais le droit à la mobilité doit aussi s’accompagner d’un droit à la sécurité pour tous les voyageurs et en ce sens des efforts particuliers ont été apportés sous forme de vidéo-surveillances et d’un renforcement de la présence de contrôleurs, de superviseurs et d’agents de polices, sur toute la ligne :

  • 26 contrôleurs
  • 140 superviseurs
  • 210 agents de surveillance en station et dans les rams
  • 200 agents de police dans les rames et aux alentours des stations

3. faciliter les déplacements par l’inter-modalité


La stratégie du futur réseau de transport en commun en site propre de la ville de Casablanca intègre également l’utilisation de multiples modes de déplacement (trains, bus, tramway, etc.) de manière à encourager l’inter-modalité, et à limiter l’utilisation des véhicules particuliers en ville. Avec la construction de la première ligne de tramway, 5 pôles d’échanges multimodaux ont été créés à Hay Mohammadi, place Sidi Mohammed devant la gare Casa Voyageur, place des Nations Unies, au niveau du rond-point Bachkou et au niveau du boulevard Abdelmoumen au quartier des hôpitaux, pour faciliter cette interconnexion entre ces différents modes de transport publics.

4. Embellir le cadre de vie



A travers ce projet de première ligne du tramway, la ville s’est transformée en profondeur pour offrir un nouveau visage de modernité. Le centre historique de Casablanca a été l’objet d’une réflexion sur son statut et son attractivité en tant que patrimoine architectural urbain. Le boulevard Mohammed V a ainsi été transformé par des opérations de ravalement de façades, lui permettant de retrouver toute sa beauté, et un travail de rénovation a été mené sur les deux importantes places qui le délimitent : place Sidi Mohammed et place des Nations Unies.

Ces dernières, entièrement réaménagées, sont désormais des espaces de promenade plus sûre pour tous les Casablancais et les visiteurs, redynamisant par la même occasion la fréquentation des commerces alentour.

voir vidéo « Mobilité et rénovation urbaine »

5. Un corridor de verdure et de nouveaux habillages urbains



Tout comme les travaux de façade à façade, la rénovation des éclairages publics et du mobilier urbain, et la mise en place d’un corridor vert le long de la ligne, participent d’un véritable embellissement de la ville. En plus de la refonte des chaussées et trottoirs, selon de nouvelles fonctionnalités, l’aménagement urbain a porté sur la mise en place de nouveaux réseaux souterrains, l’installation de 2 000 réverbères (à basse consommation) et la plantation de plus de 4 000 arbres. Les abris des stations, avec leurs motifs aux formes géométriques inspirés de l’architecture casablancaise et des zelliges, ont été pensés pour s’intégrer harmonieusement dans la ville. L’ensemble du nouveau mobilier urbain a par ailleurs été traité selon un procédé de thermo-laquage, qui renforce sa protection anticorrosion en apportant une esthétique moderne et élégante. Enfin des matériaux d’une grande résistance et durabilité ont été choisis pour les revêtements des sols, tels que l’enrobé fin, le béton à imitation pierre ou le granite jaune.

voir vidéo « Mobilité et rénovation urbaine »